Peuples d'espoirs

" Aux âmes libres de toutes les nations qui souffrent, qui luttent et qui vaincront "
dédicace du roman "Jean-Christophe" de Romain Rolland - 1912

France 2018


Un chant d'Ibuka en souvenir du génocide des Tutsi du Rwanda


L'auto-intoxication française ...

La France est auto-proclamatrice de sa "grandeur". Qu'est-ce que la "grandeur de la France"? Selon moi, c'est la nostalgie du XVII ème siècle telle que présentée par le "Lagarde et Michard", collection, symbole, de manuels de littérature française des lycées et collèges par lesquels la majorité des élites françaises actuelles fut formatée à notre culture.

>>> Lire la suite



Sélection de dépêches et/ou mes réflexions

Un colonel de gendarmerie m'attaque en diffamation à propos de l'implication de la France dans le génocide des Tutsi du Rwanda

Site de la Commission d'enquête citoyenne - juin 2018

« Femmes du Rwanda »
un documentaire de Sonia Rolland à voir le 8 mars 2018 à 20h55 sur la chaîne Planète+

Urgence aux urgences

J'ai toujours trouvé aberrant que toutes les maladies d'une région soient concentrées aux urgences des hôpitaux. Le cas récent de la personne morte de rougeole l'illustre puisqu'elle aurait contracté cette maladie aux urgences d'un hôpital. L’hôpital guérit, mais rend aussi malade plus souvent qu'on ne le pense.

Derrière cela on trouve des médecins généralistes qui évitent d'être dérangés. C'est une dérive des trente dernières années. Cette dérive est probablement liée aussi au manque de médecins en France. La rareté engendre la fréquence des sollicitations de chaque médecin, d'où des ripostes organisationnelles. Autre probable cause : la féminisation de la profession. Compte tenu de la sociologie de la famille française, les médecins mères de famille ont des difficultés objectives plus importantes pour assumer des urgences.

Pourtant on ne peut pas dire qu'en ville les médecins soient si rares. Il y a donc probablement aussi de la part des organismes professionnels des médecins une politique de refus d'assumer leurs responsabilités, et une défense vicieuse de leurs revenus par la manipulation du marché médical induite par le "numerus clausus", qui provoque la rareté des médecins.

Cette politique est défendue avec acharnement depuis des décennies  par les grands pontes de la médecine qui en profitent. Cela montre une fois de plus que le libéralisme de la profession est souvent sous-tendu par des intentions peu honnêtes au regard de l'intérêt public. Encore une question de conflit d'intérêt.

Maux d’exil

Comede - janvier 2018

A propos des vœux du Président français

J'ai écouté "en replay" les vœux du Président. Quasiment tout ce qu'il a dit était prévisible. Aucune surprise. Je vais donc mettre l'accent sur deux ou trois choses.

La cohésion de la nation passerait par l'école. J'ai pourtant le sentiment, peut être très personnel, que l'éducation nationale, dans sa culture élitiste , dans son train-train parfois absurde, dans son hypocrisie profonde au niveau de certains de ses principaux responsables, tendance lourde, est un facteur aggravant des incohérences, des divisions, des fractures et des échecs de notre nation. Allez donc promener le concept de simplification administrative dans les inscriptions dans les collèges où il faut scribouiller chaque année et plusieurs fois dans diverses mauvaises photocopies, les mêmes informations sur les coordonnées familiales, les personnes à prévenir, les autorisations des parents, etc. On dirait que ce sont les polices d'assurance qui dictent concrètement de façon primaire le comportement pusillanime des chefs d'établissement !... Ne parlons pas non plus de la gestion bout de papiers des absences et des retards. (refus de prendre en compte les mails alors que c'est dans le règlement, standard téléphonique dépassé par le nombre d'appels, etc). Autre bel exemple culturel : le nom d'un grand massacreur dans notre histoire, acteur du populicide des vendéens et de massacres de masse en Egypte, peut par exemple, rester le nom d'un (et même plusieurs) établissement scolaire, sans qu'il soit possible d'en parler sans risquer de discrimination pour son enfant. Enfin abordons la discrimination des élèves décrocheurs par des professeurs parfois particulièrement mesquins et destructeurs qui sapent le travail d'enseignants pertinents et bienveillants... quand ils ne les  plongent pas dans la déprime... Et savez vous qu'un médiateur académique peut être un retraité bénévole de 77 ans, bien sûr ancien enseignant ("mais je suis aussi un papa et un grand-père"...). Son âge n'implique pas de dire qu'il ne peut pas être pertinent, mais quand il envoie aux parents qui l'interpellent un diaporama de belles photos de nature pour toute réponse  concrète, sans avoir fait l'effort de les recevoir, on peut se demander si son âge ne l'a pas rendu décrocheur de la réalité. L'idée générale, c'est que la critique retombe sur l'enfant et donc les parents doivent se taire pour le bien de leur enfant. Le dialogue scolaire est plombé par ce chantage implicitement partagé.

L'Europe serait un enjeu primordial pour la France et la construction européenne devrait s'appuyer fortement sur la relation franco-allemande. Plus j'y pense, plus j'ai le sentiment que mettre en exergue en permanence la relation franco-allemande est probablement une des causes du brexit britannique. Quelque part dans les consciences anglaises on a compris, dans le souvenir également du refus du général de Gaulle de l'entrée de la Grande Bretagne dans l'Europe dans les années soixante, que décidément leur pays était la cinquième roue de la charrue de l'Europe, alors qu'il fut un acteur primordial de la victoire sur le nazisme, cette négation dramatiquement exemplaire de l'Europe. La relation franco-allemande est essentielle pour l'Allemagne et pour la France, mais elle doit se faire plus discrète dans le concert des nations européennes et dans l'esprit de nos journalistes.

Enfin sur l’accueil des migrants il y aurait tellement à dire que je préfère souligner que l'organisation de notre administration est complètement à côté de la plaque malgré les efforts de certains fonctionnaires pour tenter de résoudre les choses. Mais j'ai été témoin, à la police des frontières, d'un "officier de police judiciaire" qui insultait un migrant mineur et le calomniait allègrement en s'adressant à moi et de façon lourde. Nous étions plusieurs témoins et nous en avons fait rapport à son avocat. Notre justice et nos lois sont aussi complètement à côté de la plaque et notamment les efforts de ceux qui palient aux carences de l'Etat dans ce domaine ne devraient pas être combattus par la justice. Des pays beaucoup plus pauvres et beaucoup plus petits que nous doivent faire face, notamment en Afrique, à des quantités de réfugiés parfois 10 fois plus importantes que celles que nous n'arrivons pas à gérer. Les Français doivent arrêter de dire n'importe quoi. Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde... certes, mais comme le disait Michel Roccard, nous devons en prendre notre part.

Je suis français, c'est à dire que c'est en France que je suis né et que j'habite et que j'ai la plus grande partie de mes relations et de mon histoire familiale. Mes ancêtres étaient maréchaux-ferrant ou agriculteurs en Bourgogne, puis ingénieurs au Creusot, ébéniste au Paris-Lyon-Marseille après avoir quitté la Corse. L'un d'eux, installé à Neuilly-sur-Seine après avoir été épicier à Saint-Quentin, "chocolatier de l'empereur", a eu une médaille d'or à l'exposition universelle de 1889 à Paris. Mais ma véritable nation c'est la planète, le territoire de notre humanité de citoyens de la déclaration des Droits de l'homme, et non pas la "grandeur" illusoire de la France dans le monde. Parlons Rwanda ... et si on parle économie, si tous les pays veulent exporter plus que les autres par exemple, il y aura nécessairement un ou plusieurs perdants. Cette logique n'est donc pas bonne pour l'économie mondiale. Pourtant beaucoup de Français continuent de vivre sur ce mode nostalgique et le discours présidentiel n'aidait pas assez à sortir de cette impasse culturelle, même s'il apparaît qu'Emmanuel Macron est probablement l'un des Français, parmi la "classe" politique française, qui me semble avoir le mieux compris les enjeux actuels.

Le 2 janvier 2018 (2 ou 3 précisions ajoutées le14 janvier 2017)